Exposition « L’Esprit Français Contre-cultures 1969-1989 »

Exposition collective très sympa à aller voir à la Maison Rouge du 24 février au 21 mai 2017.

La France est un pays qui ne s’aime pas, mais
qui ne peut se penser ailleurs qu’au centre
d’un modèle culturel, où l’auto-référentialité et l’auto-
célébration vont de pair. Au sortir des années 1960,
une génération est marquée par la « pensée 68 »,
qui mêle toutes les libérations, politiques, sociales,
d’esthétiques et de modes de vie.
Cette situation va durablement marquer différentes
formes de contre-cultures, mouvements
d’émancipation et de contestation, et sans le savoir,
créer de nouvelles formes d’avant-garde
où les cultures populaires (cinéma, rock, bande
dessinée, journalisme, télévision, graffiti…) influent
sur les champs plus traditionnels de la culture
(littérature, philosophie, art contemporain, théâtre).
Elles forment une nébuleuse trouble de pratiques
autonomes qui circulent avec fluidité entre
ces champs, témoignant d’un singulier « esprit
français », mélange d’idéalisme et de nihilisme,
d’humour caustique et d’érotisme, de noirceur
et d’hédonisme. De fait, il semble qu’une humeur
spécifique imprègne les marges françaises.

Et si, en France, la « liberté chérie » n’était pas un état de fait, encore moins un horizon, mais bien une hypothèse devant être éprouvée au présent, et dont il convient sans cesse d’expérimenter les limites ?

Du côté des contre-cultures, cette idée s’actualise dans un esprit de provocation et de destruction symbolique des structures politiques, administratives et morales de la société.

P36e7a566bfe6e63195e3345c043ccaabassant des éditions Champ Libre à la création des radios libres, de Hara-Kiri à la Marseillaise en reggae, cette exposition rend compte d’un « esprit français» contestataire et subversif particulièrement plaisant.

Pour monter ce projet, la Maison Rouge a rassemblé une soixantaine d’artistes et plus de 700 œuvres et documents (journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, issues des archives de l’Ina).

Cette expo m’a beaucoup plu, bien que la plupart des documents me ramenèrent à la triste conviction que rien n’avait changé. J’y ai croisé des gens l’air grave face aux images de Mesrine assassiné; d’autres, hilares, souriaient aux affiches électorales de Coluche ou chantonnaient Bérurier Noir (« la jeunesse emmerde le Front National ») qui, à deux jours des élections présidentielles, semblait étrangement appropriée.

coluche
Affiche de candidature 1981

Par ici le site de la maison rouge : http://lamaisonrouge.org/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :